L'homme à l’accordéon
 
Il entre timidement,
Dans un wagon, noir de gens.
Dès la fermeture de la porte,
Des notes, de plus en plus fortes.
 
Avec sa musique,
Il attire les regards.
Pour les sourires,
C'est plus rare.
 
Sur un air typiquement parisien,
Il lance son premier refrain.
Mais, les milords ici présents,
Dorment et cela est navrant.
 
Avec sa musique,
Il attire les regards.
Mais pour les sourires,
C'est plus rare.
 
Les hymnes s'enchaînent,
Ses doigts souffrent de peine.
Pour gagner, juste un repas,
Il jouerait n’importe quoi.


Avec sa musique,
Il attire les regards.
Mais pour les sourires,
C'est plus rare.
 
Pour un simple ticket de métro,
Ou seulement, quelques euros,
L'homme proche de la cinquantaine,
Surfe sur ces rengaines.
 
Avec sa musique,
Il attire les regards.
Mais pour les sourires,
C'est plus rare.
 
Avec son accordéon,
Il attire mon attention.
Écoutez donc cet artiste,
Votre vie sera moins triste ! 
 
Avec sa musique,
Il attire mon regard.
Je lui adresse un sourire,
Pour lui, c'est si rare.