Au cirque Pinder (29/02/2016)

 

Sous ton chapiteau,

De plus en plus haut,

Tu jongles avec les mots,

Les rattrapant dans ton chapeau.

 

Sur ton bras,

Une petite hirondelle,

Chante tout bas,

Pour les demoiselles.

 

Deux serpents charmeurs,

Longent tes pieds de conteur,

Mais ta bouille de clown triste,

Fait qu’ils déguerpissent !

 

Heureux du cirque Pinder

Car la fête, nous allons faire !

ET merci à toi Benjamin,

Pour ce si joli dessin !

 

Ton «  coucou tonton je t’aime »

Est un baume, une crème,

Pour mon cœur mélancolique,

Mais sans panique.